Guillaine Querrien & François Houtin

Guillaine Querrien et Francois Houtin

Exposition – Décembre 2017

O sopro da natureza – Le souffle de la nature

Nicolas Romand et la galerie Sagot – Le Garrec ont eu le plaisir de présenter O sopro da natureza – Le souffle de la nature, une exposition de peintures, dessins et estampes de Guillaine Querrien et François Houtin.

Outre leur nationalité, les artistes Guillaine Querrien et François Houtin ont en commun leur source d’inspiration : l’abondance et la générosité de la nature et des paysages brésiliens. Leurs œuvres, peintures, gravures ou dessins, allient abstraction et figuration directement inspirées des matières organiques végétales, des paysages et de la fluidité des mouvements des fleuves ou des marées. O sopro da natureza, c’est le souffle et l’exubérance de la nature brésilienne que vous retrouverez sur les murs de la galerie cet hiver.

Guillaine Querrien
Guillaine Querrien

Guillaine Querrien, née en 1959 à Paris, est peintre et graveur. Elle grave en taille directe le cuivre et mord le linoléum de toutes manières pour obtenir de lui une matière somptueuse qui serve la dynamique de ses modèles. L’artiste puise son inspiration dans le jardin botanique de Rio de Janeiro.
Son regard saisit la végétation tropicale en plan rapproché que sa main transforme en graphismes rythmés par la géométrie secrète de la nature. Lianes, enroulements végétaux, vagues déferlantes, l’eau sur la plage, galets. Fusion de l’artiste avec la nature dont elle capte les rythmes et l’énergie.
Pour en savoir plus www.guillainequerrien.fr

François Houtin
François Houtin

François Houtin, né le 25 août 1950 à Craon en Mayenne, est un graveur français. Il vit et travaille à Chaudefonds sur Layon.
Après avoir été jardinier-paysagiste chez Jacques Bédat et Franz Baechler au début des années 1970, François Houtin s’initie à la gravure à Paris auprès de Jean Delpech. Il montre ses premiers travaux lors d’expositions à partir de 1977. Dès cette période, ceux-ci ont pour sujet une nature rêvée (jardins fantastiques, topiaires, architectures végétales) où la parfaite connaissance des plantes est mise au service de l’imaginaire.
À côté de la gravure qui reste son mode d’expression privilégié, François Houtin réalise également des dessins sur carnets chinois (leporellos) et, depuis 2002, de très grands lavis à l’encre de chine sur papier ou sur toile.
Utilisant les mêmes sources d’inspiration, François Houtin a réalisé pour Hermès le décor de plusieurs carrés et, en 2010, un service de table en faïence, Les Maisons enchantées. Il a également peint des fresques murales, dont, toujours en 2010, le décor végétal monochrome du restaurant Artcurial au rond-point des Champs Elysées à Paris.
François Houtin intervient à l’occasion comme architecte paysagiste et, à ce titre, a participé au projet de rénovation des jardins des Tuileries en 1990. Il réalise plusieurs jardins dont le jardin topiaire de Colette et Hubert Sainte-Beuve à Plant-Bessin (Castillon) en Normandie.
Certaines de ses réalisations, enfin, relèvent du land art, qu’il s’agisse de constructions de grands cairns dans la nature ou de commandes publiques ou privées.

Exposition du 1 décembre 2017 au 13 janvier 2018

Invitation | Guillaine Querrien & François Houtin

Guillaine Querrien & Francois Houtin

O sopro da natureza – Le souffle de la nature

Guillaine Querrien

Francois Houtin
Invitation – Guillaine Querrien & François Houtin – O sopro da natureza – Le souffle de la nature

Inauguration : jeudi 30 novembre 2017 de 17 heures à 21 heures

Exposition : 1 décembre au 13 janvier 2018

Nicolas Romand et la galerie Sagot – Le Garrec ont le plaisir de présenter O sopro da natureza – Le souffle de la nature, une exposition de peintures, dessins et estampes de Guillaine Querrien et François Houtin.

Pour en savoir plus : O sopro da natureza – Le souffle de la nature.

Marcel GROMAIRE

Marcel Gromaire

Noyelles sur Sambre 1892 – Paris 1971
Marcel Gromaire
Marcel Gromaire

Peintre et décorateur français, Marcel Gromaire s’est formé aux académies libres de Montmartre. Dès le début, son œuvre trouve sa source dans une iconographie fondée sur la figuration, et ses premières toiles montrent qu’il est déjà en possession de l’essentiel de son style et de son répertoire. L’emploi de la perspective traditionnelle ainsi qu’une certaine minutie dans l’exécution sont les fondements picturaux de ce travail. Les toiles de 1920-1930 demeurent à l’écart de la révolution cubiste ou abstraite : le peintre poursuit sa recherche d’une figuration qui se veut détachée des modèles du passé. Sombre et austère, sa gamme chromatique reste limitée à quelques couleurs terreuses, même si elle s’éclaircit parfois en de larges touches rouges ou bleues. Gromaire, qui s’est tenu en marge de toutes les écoles, restera toujours fidèle à un certain naturalisme, et son répertoire thématique en est un témoignage frappant (nus, paysans, pêcheurs, joueurs de cartes, soldats, paysages).
Après 1937, le peintre s’intéresse à la tapisserie et revendique pour celle-ci une expression qui lui soit propre. Il va alors créer des œuvres monumentales avec des moyens plastiques extrêmement simples et efficaces : un des principaux objectifs de la réforme que Gromaire entreprend aux Gobelins est de lutter contre l’emploi de teintes en grand nombre et de s’en tenir à un registre limité. Depuis le voyage qu’il a fait en Amérique (1950), ses tableaux dénotent une évolution. Les couleurs sont plus vives, l’architecture des corps plus souple, plus nuancée, malgré la permanence d’un dessin ferme et rigoureux. Gromaire est aussi un excellent dessinateur et un illustrateur remarquable. Parmi les peintres de la seconde génération du XXe siècle, l’artiste apparaît comme un des plus puissants et des plus fidèles à la tradition de l’art pictural européen.

Texte de Charles Sala, professeur d’histoire de l’art à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.


Plus d’œuvres à venir

André JACQUEMIN

André JACQUEMIN

Épinal 1904 – Paris 1992
André Jacquemin
André Jacquemin (1904-1992)

André Jacquemin, le graveur, le dessinateur, une des grandes figures de la gravure contemporaine d’Après-Guerre. Inspiré du réel, l’art de Jacquemin appartient au courant figuratif. Techniquement il perpétue la tradition de la gravure en taille-douce en noir et blanc. Chaque année, il accrochait chez Sagot – Le Garrec, ou dans d’autres galeries d’estampes, quelques eaux-fortes ou pointes-sèches qui font l’essentiel de son œuvre, bien qu’il ait manié parfois le burin. Ce sont des morceaux fins, détaillés jusque dans les lointains, « propres » comme on aurait dit autrefois, loyaux, où l’artifice de tirage ne joue aucun rôle, où les traits déliés se discernent toujours, même s’ils se rapprochent incroyablement. Il séduit par son élan et sa spontanéité à découvrir le monde à chaque instant, par la finesse et la profondeur de ses réactions. A ceux qui aiment l’arabesque pour elle-même, le lacis des branches dépouillées d’un des ses arbres est un enchantement et dans le bosquet le plus touffu l’air circule.

Exposition chez Sagot – Le Garrec en janvier 2017.


Plus d’œuvres à venir

Chaumière à l’île de Batz | André Jacquemin

André Jacquemin

Chaumière à l’ile de Batz

André Jacquemin - Chaumière à l’île de Batz
André Jacquemin – Chaumière à l’île de Batz
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Chaumière à l’île de Batz (Bretagne).
1981.
Eau-forte et pointe sèche pour le ciel seulement.
219 x 302 mm.
Catalogue raisonné 1236.
Signé et daté en bas vers la gauche : André Jacquemin 1981.
Tirage prévu : 45 épreuves, plus 3 épreuves d’artiste.
Cuivre conservé.

 

Blés primitifs en Velay | André Jacquemin

André Jacquemin

Blés primitifs en Velay

Exposition André Jacquemin - Blés primitifs en Velay
André Jacquemin – Blés primitifs en Velay – Pointe sèche
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Blés primitifs en Velay
1950.
Pointe sèche.
225 x 360 mm.
Catalogue raisonné 623.
Signé et daté en bas vers la gauche : André Jacquemin 1950.
Tirage en 62 épreuves et 4 épreuves d’artiste épuisé.
Cuivre conservé, rayé.

 

Les blés devant Frizon | André Jacquemin

André Jacquemin

Les blés devant Frizon

André jacquemin - Les blés devant Frizon
André jacquemin – Les blés devant Frizon
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Les blés devant Frizon (Vosges)
1965.
Burin.
348 x 527 mm.
Catalogue raisonné 979.
Signé en bas à gauche : André Jacquemin 1965.
Tirage prévu : 50 épreuves, plus 3 épreuves d’artiste.
Cuivre conservé.
Gravure exécutée d’après d’après un dessin fait à la Pentecôte 1963 dans les Vosges.

 

Les orges près de Contrexéville | André Jacquemin

André Jacquemin

Les orges près de Contrexéville

André jacquemin - Les orges près de Contrexéville
André jacquemin – Les orges près de Contrexéville
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Les orges près de Contrexéville (Vosges)
1973.
Eau-forte.
372 x 551 mm.
Catalogue raisonné 1092.
Signé et daté en bas à droite : André Jacquemin 1973.
Tirage de 35 épreuves, et 3 épreuves d’artiste épuisé.
Cuivre conservé, rayé.

 

Dégel à Saxon | André Jacquemin

André Jacquemin

Dégel à Saxon

André jacquemin - Dégel à Saxon
André jacquemin – Dégel à Saxon
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Dégel à Saxon (Vosges)
1931.
Eau-forte, burin et pointe sèche.
370 x 510 mm.
Catalogue raisonné 62.
Tirage de 35 épreuves et 10 épreuves d’artiste épuisé.
Gravure exécutée d’après d’après un dessin fait aux environs de Saxon sous la colline de Sion-Vaudémont (Meurther-et-Moselle), présentée pour le Grand Prix National des Arts en 1936 avec 7 autres estampes.

 

Rivière en Bourgogne | André Jacquemin

André Jacquemin

Rivière en Bourgogne

André Jacquemin - Rivière en Bourgogne
André Jacquemin – Rivière en Bourgogne
Œuvre présentée dans le cadre de l’exposition rétrospective André Jacquemin.

Artiste

André Jacquemin
Épinal 1904 – Paris 1992

Description

Rivière en Bourgogne
1981.
Pointe sèche.
378 x 555 mm.
Catalogue raisonné 1240.
Signé et daté en bas vers la gauche : André Jacquemin 1981.
Tirage en 45 épreuves, plus 3 épreuves d’artiste épuisé.
Cuivre conservé, rayé.